Comment les PBX ont-ils changé au cours des 30 dernières années ? Des réponses avec l’exemple de Wildix et 3CX

wildix confronto

Picture from the internet

Aujourd’hui, nous publions un article rédigé par Bruno Donetti, d’Axitea S.p.A.

D’un avis totalement neutre sur le plan technique, il nous a partagé son analyse, issue de la comparaison entre la solution Wildix et celle de 3CX, nous donnant un point de vue sur l’évolution des technologies de communication au cours des 30 dernières années.

 » Il y a quelque temps, on m’a demandé de comparer le système Wildix avec celui de 3CX, tout en restant le plus objectif possible : un avis technique neutre, non pas en tant que technicien qui dépend de mon fournisseur, mais en tant que responsable et technicien de mon propre réseau de télécommunications composé de plusieurs prestataires avec entre autres, Wildix, 3CX, Cisco, Alcatel OXE et Asterisk.

Pour comprendre cette comparaison, j’estime qu’il est essentiel d’illustrer les compétences et les non-compétences de ceux qui s’aventurent à donner leur avis sur divers produits.

J’ai débuté en 1985 en tant que technicien pour Telecom Italia, pendant l’ère des derniers tableaux téléphoniques privés connus sous le nom de semi-électronique et le début des premiers tableaux de distribution électronique.

Au cours de ces années, l’installation de tableaux d’intercommunication et de centraux téléphoniques était très fréquente. Alcatel, TIE, Trucco, Ericsson, Siemens, Nortel, Italtel, Philips… la quasi-totalité de la gamme Telecom est passée entre nos mains, même pour les tâches les plus classiques comme le changement de configuration.

Puis, sont arrivées la «Time Division», les premières connexions PCM CAS et ma grande passion, l’ISDN (disponible à la fois sur les petits interphones et sur les grands centraux) qui ont contribué à accroître le savoir-faire technique de tous les techniciens.

Cette grande passion pour les PBX et les ressources consacrées à en tirer le meilleur parti – même lorsque les fournisseurs ont communiqué leurs limites – ne me permettait pas de comprendre comment les technologies de l’information et les réseaux seraient devenus indispensables dans le monde des télécommunications. Ceci me laisse perplexe encore aujourd’hui, alors que ces technologies sont devenues essentielles à l’arrivée des Communications Unifiées.

En 2001, je tombe sur quelque chose qui s’appelle «3ComNBX» et qui reste sur mon bureau pendant des mois, jusqu’à ce que quelqu’un insiste pour que je le fasse fonctionner. C’est à ce moment précis que s’est ouvert pour moi un nouveau chapitre dans le monde des télécommunications.

Ma petite expérience sur PC, et surtout avec zéro expérience sous Linux, m’a amené à aborder le système 3CX qui est à installer sous Windows : il est gratuit et n’exige aucun investissement supplémentaire de la part de mon entreprise qui avait abandonné ce marché. Je pouvais alors installer Wireshark pour étudier le protocole SIP que j’imaginais immédiatement détruire toutes les autres solutions qui étaient en cours de création.

Techniquement, c’était le coup de foudre ! 3CX est devenu un instrument d’étude et de travail capable de supporter n’importe quel périphérique, il était doté d’un softphone digne de ce nom, j’étais capable d’interconnecter presque n’importe quoi et il était toujours disponible sur mon ordinateur portable. Mais, quelque chose m’amenait à penser que dans des solutions plus exigeantes, cela aurait été insuffisant.

Entre-temps, nous l’avons vendu en tant qu’application tierce dans les cas où certains PBX ne disposaient pas d’un pont de conférence, dans d’autres, en tant qu’adaptateur de protocole SIP où certains systèmes ne pouvaient pas communiquer correctement avec le NBX, je transférais alors les appels à 3CX qui les enverrait ensuite à NBX et vice versa. Nous l’avons également utilisé dans des situations de solutions importantes avec des interphones, ce qui nous aidait ainsi à trouver le compromis économique approprié pour lequel le coût des appels contemporains nous permettait de maintenir des prix bas comparés aux licences des comptes, c’est ainsi qu’environ 100 interphones IP ont eu un impact important.

Puis, la rencontre avec Cristiano Bellumat, avec beaucoup de scepticisme de ma part sur le système Wildix : beaucoup de faces cachées et de qualités rétrospectives qui me sont inconnues, mais après une analyse approfondie, je comprends que pour mon projet, mon Alcatel OXE préféré n’est plus en cohérence et en écoutant mon patron et mon informaticien qui sont plus réceptifs à Wildix, je ferme les yeux et accepte d’avancer avec ce système.

4 ans se sont écoulés et lorsque je regarde le tableau dans son ensemble, je peux à présent porter un jugement sur les deux systèmes avec lesquels je travaille encore, qui sont stables et qui n’ont jamais engendré de problèmes d’arrêts significatifs.

L’installation d’un système 3CX jusqu’à la version V11 est simple, rapide, uniquement si les besoins du client sont basiques.

Dans mon cas, ayant du temps à consacrer à mon projet, je n’ai pas compté les nuits passées à étudier le provisioning des téléphones : d’abord Snom, puis Grandstream pour les adapter à certaines des fonctions demandées par l’entreprise : d’abord l’annuaire LDAP., la configuration du Patton, pour les adapter à la simple exigence de 3 lignes BRI pour le réseau public et de 1 BRI pour le GSM.

Ensuite, vous entrez en conflit avec les stratégies du 3CX : vous achetez Snom car il est supporté mais au bout de quelques mois, 3CX quitte le support Snom et vous changez, vous optez pour Grandstream et après 1 an, 3CX quitte le support avec Grandstream et opère de nouveau avec Snom.

Mais moi, avec mes 400 téléphones installés, que dois-je faire, tous les changer ? Non, si vous souhaitez les mettre à jour, vous passerez des nuits à étudier comment trouver des moyens d’adapter l’approvisionnement à la nouvelle version, à revenir à toutes les modifications et à les réessayer, en espérant qu’en production, aucun problème technique ne survienne. Le support fournit une assistance uniquement et exclusivement pour le fichier de configuration standard.

Donc, avant de procéder à une mise à jour, vous attendez que les autres fassent des erreurs, vous suivez les forums pour voir qui se plaint, vous attendez et attendez, puis vous essayez aussi.

Il y a bien une chose que je n’aime pas, c’est un service qui est supprimé ou modifié de manière drastique et sans aucun avertissement dans les notes de publication : un exemple classique était celui du ClickCall dans la version V14 qui change complètement dans la version V15.

Qui ne veut pas de webmeeting ? Et qu’en est-il de ceux qui doivent dépenser de l’argent pour modifier le site ? Et qu’en est-il de ceux qui ont déjà imprimé leurs cartes de visite ?

Malheureusement, et comme précisé dans l’introduction, je suis toujours un amoureux des anciens services de communication. L’extension sur les appels, la possibilité de recevoir une notification lorsqu’un poste occupé devient disponible me semble toujours être un instrument très utile qui permet à l’entreprise de gagner du temps. Le transfert d’appel à partir du téléphone doit être simple et ne doit pas nécessiter un PC mais surtout, les transferts d’appels assistés et aveugles ne doivent pas être effectués avec le manuel d’instructions, il doit s’agir d’une procédure simple.

J’aime aussi le routage d’appels, le plan de numérotation, les indicatifs téléphoniques, la gestion des appels et ceux qui les reçoivent : toutes ces choses que l’entreprise ne voit pas sur l’interface WEB finale, mais les demande tout de même.

Numéros courts, classes de service… J’aime surtout la possibilité de programmer un système téléphonique capable de laisser une touche personnelle, une petite touche artistique. Malheureusement, 3CX est statique, il suffit de le programmer et c’est tout (un vendeur est content), peu de solutions de contournement, peu de possibilités de travailler en dehors des scénarios classiques, peu de possibilités de mesurer le système avec vos capacités.

Je dois dire que le client 3CX UC est très apprécié dans mon entreprise par ceux qui, pour des raisons professionnelles, l’utilisent depuis quelques années : rapide, toujours prêt en arrière-plan, une bonne PRÉSENCE et intuitif pour la conférence WebRTC.

Ces utilisateurs n’ont pas encore assimilé le passage à la collaboration Wildix : de nombreuses difficultés d’adaptation, comme la nécessité d’avoir un navigateur ouvert, même si, dès le début, ils ont compris que le potentiel y était beaucoup plus élevé.  

Même dans le monde des smartphones, j’ai choisi 3CX : il y a 2 ans, peu de notifications push sur Android et 6 mois plus tard avec la version V14 avec Voip-push, il fallait activer 600 appareils utilisés par 1500 personnes différentes. Avoir un client qui est activé automatiquement sans avoir besoin de notifications est inestimable.

Je précise alors ce que je préfère chez Wildix :

  • Dimitri Osler est le premier à être à l’écoute des besoins des installateurs de systèmes téléphoniques, à communiquer avec eux et à leur donner des explications lorsque certaines installations nécessitant des efforts trop importants pour un retour trop insuffisant ne sont pas réalisables.
  • La solution dispose d’un réel support technique : lorsqu’un problème est soulevé, il existe de nombreux moyens de communication et d’une manière ou d’une autre, vous pouvez toujours faire une demande d’aide sur le terrain.
  • Il existe un portail qui permet d’accéder aux appareils à distance depuis n’importe quel endroit
  • C’est un système de télécommunication complet avec des services téléphoniques de base dignes et essentiels à la satisfaction des besoins actuels.
  • La solution a un DIALPLAN, ce truc qui chatouille la créativité de tout bon technicien qui se passionne pour son travail
  • Wildix est équipé de CURL et de scripts qui vous mènent dans tous les cas à une solution en cas de problème
  • Je n’ai pas une grande expérience de la collaboration, mais jour après jour, cela m’aide à comprendre comment la communication évolue ou comment je peux l’améliorer au sein de mon entreprise.

Vais-je toujours utiliser 3CX ?

Comme je l’ai dit, le système fonctionne, il est stable et je le considère comme étant sûr quand il est exposé au réseau public : dans certains cas, cela pourrait être économiquement plus avantageux, et je me dis que je vais encore l’utiliser.

Connaître les avantages et inconvénients d’un système offre plusieurs choix.

Si je dois vendre du 3CX à un client, je réfléchirai notamment à ce que je pourrais rencontrer en le maintenant.

Wildix, quant à lui, me permet toujours de trouver une solution de rechange au produit. Tout en surveillant attentivement le marché international, il répond très bien aux besoins des clients italiens, qui peuvent être particuliers, voire même être très petits, et donc parfois difficiles à mettre en œuvre.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)

Loading...
Social Sharing
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *