L’état des liens avec la Russie dans les UC&C

sanctions and boycotts

Depuis plus d’une décennie, les cyberattaques et les risques généraux pour la sécurité en ligne proviennent de Russie. Leur fréquence et leur association avec le gouvernement russe sont de plus en plus évidentes. Aujourd’hui, avec l’invasion de l’Ukraine par la Russie, les efforts de cyberguerre du Kremlin ont explicitement débordé sur la guerre physique.

En conséquence, les activités de collecte illicite d’informations parrainées par l’État ne peuvent plus être considérées comme de simples menaces abstraites ; désormais, ces activités sont au service d’attaques et de destructions réelles.

Dans le sillage de cette guerre, il est particulièrement important d’examiner la position des entreprises technologiques à l’égard de la Russie. Après tout, la poursuite des investissements dans l’infrastructure technologique russe représente pour le gouvernement russe des moyens potentiels de poursuivre la cyberguerre et, par extension, de contribuer aux efforts de guerre réels qu’il mène en Ukraine.

En conséquence, de nombreuses entreprises technologiques ont explicitement annoncé leur rupture totale avec la Russie sous quelque forme que ce soit, y compris des acteurs majeurs comme Apple, Oracle et SAP. Wildix, dans une démarche similaire, a dénoncé l’invasion et a explicitement coupé tous les comptes russes de son réseau de communication en cloud.

Suivi de la réaction des principales communications après l’invasion de l’Ukraine

Microsoft

Le développeur de la plateforme Teams n’a pas caché sa position sur les liens avec la Russie : le 4 mars 2022, la société a annoncé qu’elle suspendait toutes les nouvelles ventes et tous les nouveaux services en Russie, citant explicitement l’invasion de l’Ukraine comme raison.

Toutefois, cette annonce n’indique pas nécessairement une rupture totale avec la Russie. À l’heure où nous écrivons ces lignes, Microsoft dispose toujours d’un bureau à Moscou, mais on ne sait pas encore si cet emplacement sera libéré ou s’il continuera à être utilisé. Cependant, le même jour que l’annonce de l’arrêt des services en Russie, le bureau Microsoft de Moscou a publié sur LinkedIn une offre d’emploi recherchant un responsable de l’ingénierie du support technique. Cela semble indiquer que l’entreprise prévoit de poursuivre ses activités en Russie.

Vonage

En consultant le site Web de Vonage, on constate que certaines sections semblent cibler une base de consommateurs russes. En outre, la société mère de Vonage, Ericsson, dispose d’une section importante consacrée à la Russie sur sa page Web respective, ainsi que d’un grand nombre d’offres d’emploi pour ses bureaux russes. Pour l’instant, Vonage n’a pas encore fait d’annonce concernant les plans futurs de ses liens avec la Russie à la suite de l’invasion de l’Ukraine.

Ce que Vonage a publié est, parmi les messages habituels sur les réseaux sociaux, une réitération d’un rapport sur les tendances de 2021 qui utilise les données des clients russes. Bien que ce rapport doive être téléchargé avant qu’il ne montre explicitement des liens avec la Russie, combiné avec le contenu existant ciblant la Russie sur le site Web de Vonage, il suggère des liens continus avec la nation.

RingCentral

Bien que RingCentral n’ait pas non plus publié de déclaration concernant la Russie ou son invasion, la société semble avoir supprimé les mentions de la Russie de son site Web. Elle a également pris ses distances par rapport aux anciens liens avec la Russie, l’un des plus notables étant le fait que son cofondateur soit devenu un citoyen américain à part entière.

Certaines suggestions de liens subsistent cependant, comme le fait que Glassdoor ait reçu des notifications concernant l’ajout d’un bureau RingCentral à Moscou pas plus tard que le 1er mars 2022. En outre, RingCentral indique toujours sur son site Web que les données personnelles stockées aux États-Unis ou dans l’Espace économique européen peuvent être accessibles depuis la Russie.

8×8

Dans l’ensemble, les liens entre 8×8 et la Russie semblent être minimes dès le départ, la société n’ayant pas de serveurs de données, de bureaux ou d’emplois apparents dans le pays. Bien que 8×8 ne se soit pas exprimé sur la Russie ou son invasion, il semble qu’ils aient peu de liens à rompre activement.

La seule exception semble être que l’année dernière, 8×8 a annoncé qu’elle étendait ses services de téléphonie à la Russie, une offre à laquelle elle ne semble pas avoir renoncé.

Cisco

Dans le cas de Cisco, la question des liens avec la Russie a été rendue assez explicite. Le 3 mars 2022, la société a officiellement annoncé l’arrêt de toutes ses activités commerciales en Russie, s’engageant à soutenir ses relations avec l’Ukraine et condamnant l’invasion de la région par la Russie. Une recherche rapide des offres d’emploi de l’entreprise confirme cet engagement, car aucune n’apparaît sous le filtre Fédération de Russie.

Bien que Cisco dispose d’un bureau à Moscou et que le site Web de l’entreprise destiné à la Russie reste ouvert, rien ne confirme que ces ressources restent utilisées pour le marché russe.

Google

Bien qu’à des fins des communications unifiées, nous considérions Google comme le développeur de Meet, ses solutions commerciales globales ont, bien entendu, une portée beaucoup plus large. L’un des principaux services de l’entreprise, Google Ads, est suspended in Russia depuis le 3 mars 2022, en réponse aux demandes croissantes du gouvernement russe de censurer les publicités diffusées en Russie.

Auparavant, Google avait retiré les sources d’information Russia Today et Sputnik, parrainées par l’État russe, de son store d’applications mobiles. Il semble que la plateforme Meet, quant à elle, soit toujours utilisable en Russie.

Mitel

Mitel, dont le siège est au Canada, n’a fourni aucune déclaration concernant les liens avec la Russie, bien que l’entreprise fasse des affaires dans la région depuis 2011 et ait elle-même un bureau à Moscou. Elle a également annoncé la tenue d’un roadshow avec un arrêt en Russie en 2019.

Il faut préciser que l’entreprise, malgré une présence en téléphonie s’étendant jusqu’en Russie, dispose d’importants centres de données situés uniquement au Royaume-Uni, en France, au Canada et aux États-Unis. Mais là encore, rien ne permet de penser que Mitel a rompu les liens commerciaux passés qu’elle avait annoncés avec la Russie.

Wildix

Bien que Wildix ait initialement peu de connexions russes, la société s’est efforcée de les couper en supprimant les quelques comptes situés en Russie de son système PBX en cloud et toute mention de la couverture de la Russie sur son site Web.

Wildix comptant un nombre important d’employés ukrainiens, la société s’est efforcée d’évacuer autant d’employés que possible du pays au moment de l’invasion russe. Ces mesures s’ajoutent à une campagne plus large visant à faire passer les clients aux PBX vers le cloud en raison de la sécurité accrue qu’offre la plateforme, notamment contre les cyberattaquants basés en Russie.

L’avenir

Au moment de la rédaction de cet article, la Russie ne semble pas avoir l’intention de limiter son invasion de l’Ukraine, ce qui signifie probablement une intensification de ses opérations de piratage déjà très étendues. Comme ces cyberattaques ont toujours inclus la saisie de documents confidentiels et des rançongiciels, il est d’autant plus important que les particuliers et les entreprises adoptent des pratiques en ligne sûres.

L’une des pratiques à mettre en œuvre consiste à examiner si les réseaux et les canaux que vous utilisez sont associés à la Russie. Historiquement, les cyberattaquants parrainés par la Russie ont utilisé tous les canaux Internet auxquels ils pouvaient accéder pour mener des opérations illicites. Malheureusement, si les canaux que vous utilisez sont associés à des entreprises russes, le risque qu’ils soient cooptés augmente.

À l’avenir, il est essentiel pour les consciences et la sécurité d’évaluer qui reste en Russie au milieu de ces attaques et qui a choisi de s’en éloigner complètement.

Social Sharing
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.