Women in Tech : Kelly Hopp, Marketing Manager d’Altitude Communications

Kelly Hopp - Marketing Manager at Altitude Communications

Malgré la domination actuelle des marques mondiales dans le secteur des télécommunications, il reste encore beaucoup de place pour les petites entreprises qui veulent réussir sur leurs marchés respectifs. C’est certainement ce qu’a découvert Kelly Hopp au cours de ses 11 années de travail chez Altitude Communications, partenaire de Wildix dans l’Alberta, au Canada.

Dans cette édition de “Women in Tech”, nous nous sommes entretenus avec Kelly sur ce qui l’a amenée à sa position unique à Altitude, et ce qu’elle a accompli.

Atteindre Altitude

Ce qui témoigne peut-être le plus de la nature unique du travail de Kelly à Altitude est le fait que sa position exacte soit difficile à déterminer.

“Mon titre dépend du jour”, explique-t-elle en riant, “mais mon titre officiel est Marketing Manager”. 

Plus précisément, cela signifie que Kelly est responsable d’un large éventail de fonctions de direction qui couvrent le marketing, les ventes et le management. Cela inclut la supervision du site web d’Altitude, la gestion des programmes de partenariat et de vente interne, le soutien aux clients et la conclusion de contrats de vente.

Il est intéressant de noter que ce ne sont pas des responsabilités que Kelly a immédiatement assumées en rejoignant Altitude, mais plutôt des postes qu’elle a pris en charge lorsque cela s’est montré nécessaire.

“Lorsque vous travaillez pour une petite organisation, vous constatez que, pour réussir, vous vous devez de porter plusieurs casquettes”, précise-t-elle. “Je suis très extravertie et c’est naturellement que je me suis orientée vers la vente et le marketing, surtout ce qui concerne les aspects humains. C’est ainsi que j’ai assumé la responsabilité du programme de partenariat : nous, en tant qu’équipe de direction, avons identifié la nécessité de ce travail, et je l’ai considéré comme stratégique et comme quelque chose que nous devions développer en interne”.

Le rôle important que Kelly a commencé a joué à Altitude n’a pas été le seul tournant inattendu dans son parcours professionnel. En fait, son entrée dans l’industrie des télécoms n’était pas du tout prévue.

“J’ai étudié les arts graphiques et, avec le temps, je me suis beaucoup intéressée au marketing”, dit-elle. “Les télécommunications se sont présentées à moi grâce au réseautage et j’ai commencé dans l’une des principales entreprises de télécommunications canadiennes. J’ai acquis une grande expérience sur différents postes, pour finalement occuper un poste de direction. Puis, j’ai réalisé que je voulais quelque chose de plus flexible et de plus créatif – quelque chose que je savais que je trouverais dans une plus petite organisation telle qu’une start-up”.

Œuvrer pour la croissance

Comme on peut l’attendre d’un professionnel qui a pris un tel virage dans sa carrière, Kelly s’épanouit grâce au changement. Elle reconnaît notamment la nécessité de se tenir au courant des dernières tendances technologiques, car cela a une importance immédiate dans ses fonctions principales de vente, de marketing et de management.

“Pour être prise au sérieux dans ce milieu et pour réussir, vous devez vous former à la technologie”, souligne-t-elle. “J’ai confiance en mes connaissances techniques et je peux conseiller les clients en comprenant leurs besoins. Je pense personnellement qu’il est important pour mes clients que je puisse comprendre leurs besoins et les aider à trouver des solutions”.

Kelly cherche naturellement à approfondir ses connaissances dans le cadre de ses fonctions immédiates. Mais la poursuite de cette croissance n’a pas été sans obstacles.

“La seule chose intéressante, quand on travaille pour une petite entreprise, est de s’assurer que l’on trouve toujours des mentors”, nous explique-t-elle. “Je dirais que cela a été un défi pour moi, car je n’ai pas accès au mentorat formel que les grandes entreprises offrent à leurs employés. C’est un peu différent au sein d’une petite organisation, cela signifie que je dois être créative pour m’assurer que je peux être un mentor tout en ayant accès de mon côté à des mentors solides”.

Heureusement, Kelly a également un certain nombre de mentors de ce type à qui elle peut s’adresser et dont elle peut tirer des enseignements. À la question de savoir à qui elle s’en remet pour continuer à se développer professionnellement, elle répond :

“Plus de femmes locales à des hauts postes dans le monde de l’entreprise. J’ai eu la chance d’être présentée à quelques directeurs et cadres de grandes organisations qui se sont montrés très disposés à partager leurs connaissances et leurs informations sur le management des processus et des personnes.

Je m’inspire également des podcasts et des livres sur les entreprises. L’un de mes auteurs préférés est Brene Brown ; je lis beaucoup ses écrits et je trouve que je peux intégrer ses connaissances dans mon travail”.

Kelly cite ces personnes en particulier parce qu’elle trouve que ses collègues femmes d’affaires sont une source d’inspiration particulièrement importante :

“Je pense qu’il est important que les femmes puissent se soutenir mutuellement pour réussir dans les entreprises de haute technologie. Nous sommes encore plus nombreuses et je rends hommage à toutes les femmes qui font la différence par leur ténacité et leur travail acharné. Il y a beaucoup de femmes vraiment intelligentes qui vont reprendre le flambeau et je veux qu’elles aient un beau chemin à parcourir dans ce secteur”.

D’une certaine manière, Kelly voit un élément personnel dans ce désir d’élever d’autres femmes, en particulier lorsqu’elle réfléchit à sa propre carrière.

Si j’avais pu me retourner sur moi-même il y a dix ans et me dire simplement : “Travaillez et ayez confiance en vous”, cela m’aurait été très utile maintenant”, déclare-t-elle. “Vous apprenez tellement de choses à chaque décennie de votre carrière, et cette décennie a été celle de la confiance en soi”.

Toutefois, ce désir d’inspiration découle également de certains aspects négatifs auxquels Kelly a été confrontée en tant que femme dans le domaine de la technologie.

“En tant que femme dans un secteur dominé par les hommes, j’ai la chance de travailler avec des collègues et des clients masculins formidables. Mais il y a eu des moments dans ma carrière où il a été plus difficile d’être prise au sérieux comme je le souhaitais”.

Faire face à ces attitude n’a pas toujours été simple non plus, nous dit-elle :

“C’est cet équilibre qui consiste à pouvoir s’affirmer et expliquer sa valeur, tout en conservant son professionnalisme et sa confiance, qui est important. Je pense que cela peut être un défi pour les femmes dans leur carrière, en particulier dans les rôles de direction où vous cherchez constamment l’équilibre entre la force et l’agressivité”.

Gagner en flexibilité

L’équilibre dans son rôle est quelque chose que Kelly s’efforce également d’atteindre par le télétravail – bien qu’elle souligne que “équilibre” n’est pas le mot qu’elle aime utiliser pour formuler l’idée.

L’une des choses les plus importantes est ce que j’aime appeler le “flux travail-vie””, explique-t-elle. Parce que “équilibre” est un mot amusant ; je ne sais pas ce que cela signifie pour chaque personne. J’aime l’idée que vous pouvez avoir un “flux” dans votre vie, lorsque vos besoins familiaux sont élevés, vous pouvez passer plus de temps à les satisfaire, alors que lorsque vous êtes très occupé au travail, vous pouvez passer le temps nécessaire à la maison le soir à travailler.

“Il y a un flux dans la façon dont vous gérez votre temps”, souligne-t-elle. “Vous trouvez constamment les moyens de faire en sorte que tout fonctionne”.

Le télétravail en particulier l’a aidée à réaliser ce flux, ainsi que la façon dont Altitude a spécifiquement mis en place le modèle.

“Le télétravail permet cette flexibilité, en particulier lorsque vous avez une culture d’entreprise qui favorise la confiance”, déclare-t-elle. “Chez Altitude, nous avons toujours été une organisation vraiment flexible et nous avons toujours eu la possibilité de travailler depuis chez nous. L’une de mes choses préférées, avant le projet Covid, était de passer une demi-journée dans un café, vraiment concentrée sur un projet particulier”.

Bien entendu, Kelly précise qu’un système de travail à distance efficace doit répondre à certaines exigences :

“Il faut beaucoup de confiance et avoir accès aux bons outils. Lorsque vous n’êtes pas assis tous ensemble dans un bureau, vous devez être en mesure d’envoyer des messages instantanés, de participer à un chat vidéo et de voir le visage des autres, et parfois de rassembler tout le monde pour un moment agréable. Tout cela doit pouvoir se faire virtuellement maintenant – Dieu merci, nous avons les outils nécessaires !

Mais le télétravail a apporté plus à Altitude que des améliorations internes. Kelly décrit ce travail comme une opportunité importante pour son entreprise :

“De nombreux clients importants nous ont dit : “Nous n’avions pas de plan de télétravail et maintenant il faut le mettre en place, alors comment faire ?”. Nous sommes définitivement devenus plus impliqués et nous avons des résultats vraiment étonnants, avec des petites et grandes entreprises qui travaillent avec nous pour les installer dans un environnement à distance. Nous avons littéralement mis en place des systèmes en deux jours et formé des personnes pour qu’elles mettent en place des équipes qui travailleront depuis chez elles”.

Regarder vers l’avenir

En tant que professionnelle dans le secteur des technologies, Kelly a naturellement son esprit tourné vers l’avenir de l’industrie des télécommunications.

“Je pense que nous avons toujours su, dans le monde de la technologie, que le Cloud allait se hisser au premier rang de l’industrie”, déclare-t-elle. “Altitude s’enthousiasme pour le Cloud depuis environ sept ans et gère officiellement les systèmes de Cloud depuis au moins cinq ans maintenant. Je dirais donc que notre entreprise et notre personnalité sont celles de précurseurs ; nous sommes toujours enthousiastes à l’idée de tester de nouvelles technologies”.

Quant à son propre avenir, Kelly envisage une carrière durable chez Altitude, bien qu’avec plus de responsabilités et d’aspects de leadership :

“Je regarde toujours vers l’avenir, et j’ai vraiment apprécié mon “flux travail-vie” avec Altitude et mes jeunes enfants, ainsi que la façon dont le monde évolue en ce moment”, dit-elle. “Je prévois une croissance très intéressante pour l’entreprise dans les prochaines années, et mon objectif est d’avoir une petite équipe de représentants commerciaux à gérer, un programme de partenariat en cours et une entreprise qui se développe à un bon rythme. 

C’est ainsi que j’espère voir les deux prochaines années se dérouler : nous avons une bonne histoire à raconter sur la croissance et le succès de cette petite entreprise. J’espère pouvoir dire que j’en ai fait partie intégrante”.

Pour d’autres histoires étonnantes sur les technologies et les affaires, abonnez-vous pour recevoir notre magazine gratuitement !

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...
Social Sharing
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *