7 dictons très étranges du monde entier

7 Superbly Strange Sayings from Around the World

La langue est une chose étrange, et elle l’est encore plus lorsque vous sortez de votre pays. En effet, les mots ont rarement le sens littéral exact qu’ils véhiculent ; chaque expression et chaque phrase contiennent d’innombrables années de contexte, de références partagées et de métaphores qu’un étranger à la culture ne connaît pas forcément.

Mais cela ne signifie pas que les langues doivent rester un mystère. Si vous vous tenez au courant de ce qui se passe chez vos voisins internationaux et que vous allez au-delà de la surface des mots, vous pouvez y glaner beaucoup plus de sens.

Pour vous en convaincre, nous allons examiner les expressions idiomatiques de sept langues, c’est-à-dire des phrases dont le sens n’est pas immédiatement clair à partir des mots eux-mêmes. Bien que chacune d’entre elles puisse sembler étrange au premier abord, avec un peu plus de contexte culturel, elles deviendront toutes beaucoup plus claires – à tel point qu’elles pourraient faire leur entrée dans votre langage quotidien.

Français : “avoir le cafard”
Traduction : “to have the cockroach”

Quelle est votre réaction habituelle face à un cafard ? Habituellement, c’est le dégoût, le choc ou peut-être même la peur. Mais une réaction qui est de loin moins courante serait la “tristesse”.

En France, pourtant, la tristesse est exactement l’émotion véhiculée par cette expression. Oui, le français “avoir le cafard” – littéralement “avoir le cafard” – signifie être mélancolique ou avoir le blues.

Mais d’où vient cette signification ? C’est en partie un jeu de mots, en fait. “Cafard”, en plus de signifier “cafard”, peut également être utilisé pour signifier “hypocrite” ou “mélancolique”. Cette utilisation particulière du jeu de mots est apparue pour la première fois dans le poème « Les fleurs du mal » de Charles Baudelaire et n’a pas disparu depuis. Apparemment, imaginer la tristesse est une image aussi puissante. (Demandez à Franz Kafka !)

La prochaine fois que vous verrez un cafard – ce qui, je l’espère, n’est pas près d’arriver – peut-être y verrez-vous davantage un cas de tragédie qu’une occasion d’écarter les pieds du sol en signe de choc. Enfin, probablement pas, mais au moins vous aurez cet usage à l’esprit.

Allemand : “Ich habe einen Kater”
Traduction: “J’ai la gueule de bois”

De l’autre côté du spectre de la convivialité animale : les chats ! C’est un animal de compagnie très populaire, et même pour ceux qui ne l’aiment pas, il ne provoque pas le choc et l’horreur comme le ferait un parasite. Donc, si les Allemands parlent d'”avoir un chat”, c’est sûrement un point positif, non ?

En fait, pas tant que ça. En Allemagne, “Ich habe einen Kater” – littéralement “j’ai un chat mâle” – signifie dans de nombreux contextes “j’ai la gueule de bois”.

Heureusement, les origines de cette expression ne semblent pas provenir d’un quelconque dégoût pour les amis félins. Il semble plutôt que les racines de cette expression allemande viennent de Grèce : le mot grec “katarrh”, qui désigne un état similaire à un rhume, a une sonorité assez proche de celle de “Kater”, et cette ressemblance a conduit à ce que le mot allemand ait la même signification dans le langage courant. Et comme les symptômes d’un rhume ne sont pas très éloignés de ceux du lendemain d’une fête particulièrement animée, la terminologie “chat” a fini par s’imposer.

Si vous vous trouvez en Allemagne et que vous voulez parler du chat que vous avez à la maison, prenez soin de préciser qu’il s’agit d’un chat câlin et non d’un chat qui vous donne mal à la tête.

Italien : “arrampicarsi sugli specchi”
Traduction : “ se raccrocher à n’importe quoi ”

C’est une image étrange, mais gardez-la un moment : Supposons que vous essayiez de grimper sur un énorme miroir posé à même le sol. Il ne faut pas beaucoup d’imagination pour réaliser que ce serait presque impossible. La surface est parfaitement lisse, alors où prendre pied ? Comment faire pour ne pas glisser ?

Cette futilité est exactement le but de cette expression italienne. L’expression “arrampicarsi sugli specchi” ne signifie pas que quelqu’un essaie littéralement de grimper sur du verre, mais que ce que la personne fait est tout aussi impossible, voire ridicule.

Plus précisément, cette expression est utilisée dans le contexte d’arguments : Si quelqu’un essaie de défendre un point totalement indéfendable, en utilisant des excuses absurdes ou incroyables tout le temps, il essaie effectivement d’escalader un miroir. En anglais, l’expression “grasping at straws” est une bonne comparaison.

Si vous vous retrouvez dans une dispute à l’avenir, il serait peut-être bon de penser à un miroir, non seulement pour réfléchir, mais aussi pour voir si vous ou votre interlocuteur n’essayez pas d’y grimper.

Espagnol : “hablar sin pelos en la lengua”
Traduction : “parler sans filtre”

De l’espagnol vient une entrée un peu plus grossière, mais tout aussi déroutante que les autres. Pour ceux qui ne parlent pas la langue, cette expression semble probablement indiquer quelque chose de normal – après tout, combien de personnes pouvez-vous nommer qui ont des poils sur la langue ? Parler sans avoir de poils sur la bouche est sûrement un défaut.

Mais puisqu’elle figure sur cette liste, cette expression n’est pas si simple. En espagnol, “parler sans poils sur la langue” signifie en fait parler honnêtement et franchement, généralement sans tenir compte de la pression sociale.

En réfléchissant un peu à l’image, cela a plus de sens qu’on ne l’imaginait au départ. Si quelqu’un avait des poils sur la langue, il aurait toute une série de problèmes (même au-delà de séances d’épilation très douloureuses). En particulier, la parole serait très déformée et hautement filtrée. En revanche, sans ces poils imaginaires, on peut parler librement et ouvertement, à sa guise. Bien que nous n’ayons pas d’origine exacte pour cette idée de langue bordée de poils, c’est cette idée de bloquer les mots qui maintient la pertinence de l’expression.

Bien sûr, comme parler trop franchement peut toujours mettre quelqu’un dans une situation très délicate, il ne faut pas pousser l’idiome trop loin. Cela va encore plus loin si vous n’avez pas envie de penser au duvet dans votre bouche chaque fois que vous avez un chat dans la gorge.

Portugais (Brésilien): “viajando na maionese”
Traduction : “vivre sur une autre planète”

Prenez un moment et laissez-vous porter dans votre propre petit monde imaginaire. Bien sûr, le pays des rêves de chaque personne est différent, mais certains points communs incluent probablement des nuages duveteux, des châteaux majestueux et – de la mayonnaise ?

Au Brésil, du moins, c’est le cas. En portugais d’Amérique du Sud, “viajando na maionese”, littéralement “voyager sur la mayonnaise”, signifie vivre dans un rêve éveillé, avoir la tête dans les nuages ou vivre sur une autre planète.

Les origines de cette expression ne sont toutefois pas très claires. Selon une théorie, dans le passé, les usines de mayonnaise brésiliennes promettaient aux employés des voyages payés par l’entreprise, mais ne les offraient pas. Une autre théorie est que, comme la mayonnaise est un mélange d’ingrédients divers dans une sauce lisse et crémeuse, le mot lui-même est venu à indiquer un mélange confus d’idées en portugais.

Quelle que soit l’origine de ce mot, il reste aujourd’hui un moyen fascinant d’assaisonner des phrases de tous les jours.

Norvégien : “ugler i mosen”
Traduction : “ Il y a anguille sous roche.”

Si vous avez vu Twin Peaks, vous savez peut-être déjà que les hiboux peuvent signifier le danger au sens figuré. Mais quand bien même, que fait cette phrase en Norvège ? Et d’ailleurs, que font les hiboux dans la mousse ?

Pour commencer, “ugler i mosen” – qui signifie littéralement “hiboux dans la mousse” – est une façon norvégienne de dire que quelque chose ne va pas dans une situation donnée, et pas d’une manière amusante. En fait, l’expression suggère que vous vous méfiez de certaines choses, ou peut-être même que vous soupçonnez l’arrivée d’un danger. Une approximation en anglais pourrait être “I smell a rat”.

Si vous craignez qu’une excursion dans les fjords ne vous fasse courir le risque que des oiseaux de proie se cachent dans les sous-bois, ne vous inquiétez pas : les origines de cette expression sont un peu plus complexes. L’idiome est en fait né de l’expression danoise “uller i mosen”, qui signifie littéralement “loups dans le marais”. Cette expression exprimait, bien sûr, la crainte d’un danger caché ou d’une surprise désagréable, car une meute de loups se cachant dans les eaux du marais est une bien mauvaise embuscade. Cependant, comme les loups ont disparu des régions nordiques en raison d’une chasse excessive, et comme le Danemark a perdu le contrôle de la Norvège après les guerres napoléoniennes, “uller” est devenu “ugler”, ou “hiboux”, plus actuel (et phonétiquement similaire).

La vie (et la langue) se débrouille, semble-t-il, mais comme le souligne cette phrase, il est sage de rester à l’affût d’exemples plus poissonneux de ces adaptations.

Ukrainien : “чекати з моря погоди” (chekaty z morya pohody)
Traduction : “Attendre le [bon] moment”

Faire du bateau peut être une expérience capricieuse, voire dangereuse. Il suffit d’observer l’océan depuis la plage pour constater à quel point l’humeur de l’eau passe souvent du calme à la violence.

Ce principe est à la base de l’expression ukrainienne “chekaty z morya pohody”, qui signifie littéralement “attendre le bon moment”. Au sens figuré, cependant, il s’agit de ne rien faire alors qu’une réaction est clairement nécessaire. Tout comme il serait insensé d’attendre sur son bateau au milieu d’une tempête déchaînée, cette expression idiomatique décrit une situation où l’inaction est exactement la mauvaise approche.

Si l’on pense généralement que cette expression provient de marins en mer, qui n’ont d’autre choix que de naviguer pour se sortir du mauvais temps, il est également possible qu’elle provienne de terriens. Après tout, si vous repérez le mauvais temps sur la plage, quel sens cela a-t-il d’attendre qu’il change sur cette même plage ? Regarder le temps “depuis la mer” signifie que vous finirez tout de même par être pris dans la tempête.

En mer ou sur la terre ferme, gardez à l’esprit que ce n’est pas parce qu’une tempête va passer que l’attendre est la meilleure solution.

Conclusions

Aussi nombreuses que soient les différences entre les cultures et les pays, le fait est qu’elles ne sont jamais vraiment impénétrables, même pour les étrangers. Avec un peu d’apprentissage appliqué, il est facile d’apprendre à connaître une autre partie du monde, quelle que soit la façon dont les individus s’expriment.

Chez Wildix, cette idée a été adoptée et mise en pratique depuis longtemps, avec de nombreux bureaux dans le monde entier, chacun étant établi pour soutenir les marchés locaux avec une technologie de communication de niveau entreprise. Cela s’applique aux partenaires que Wildix recrute dans le monde entier pour apporter une valeur unique à ses clients.

Comme le dit la chanson, le monde est en fait assez petit lorsque l’on décompose les choses. Bien que chacune de ces expressions idiomatiques puisse paraître étrange, il suffit d’un peu de contexte pour que ce qui semble être un ensemble de mots bizarres se transforme en quelque chose d’immédiatement significatif. Au bout du compte, ce sont les pensées et les besoins de l’homme qui sont à l’origine de chaque expression dans chaque langue, aussi étrange que cela puisse paraître de l’extérieur.

Pour plus d’informations et de renseignements, abonnez-vous gratuitement à notre magazine !

Social Sharing
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.