Comment convaincre votre entreprise de mettre en place le télétravail, durablement

Pourquoi cet article

Voilà dix ans que je pratique le télétravail avec succès, je l’ai vécu durant ces années sous de nombreuse formes, dans des sociétés allant de la TPE aux grands groupes internationaux et dans différentes fonctions.

J’ai pu constater avec l’expérience, les bienfaits et les travers du télétravail, vécu des adoptions dogmatiques et de farouches oppositions.

Aujourd’hui, suite aux circonstances qui nous ont tous poussées à télétravailler pour répondre au confinement, je vois à nouveau s’élever les mêmes dogmes et oppositions.

Je viens au travers de cet article mettre à profit mon expérience pour vous guider et conseiller dans l’élaboration de votre demande de télétravail, afin de lui donner toutes les chances d’aboutir.

Cet article s’adresse au collaborateur désireux de faire du télétravail, afin qu’il prépare efficacement sa demande au chef d’entreprise qui est dans la réflexion, afin qu’il prenne une décision éclairée.

Introduction

Les entreprises, pour répondre au COVID19 et aux contraintes du confinement ont dû s’adapter et déployer en urgence le télétravail. Au sortir du confinement les entreprises se divisent en deux catégories : celles qui ont décidé de le généraliser, parce qu’elles ont compris l’intérêt et les bénéfices du télétravail et celles qui ont vécu le télétravail comme un épisode sans lendemain et qui n’ont pas mesuré ses bénéfices durables.

Les entreprises tombant dans cette dernière catégorie, tout comme après un coup de pied dans la fourmilière, n’ont de cesse que de revenir à leur modèle d’avant le confinement.

Si vous travaillez dans l’une de ces entreprises et souhaitez pratiquer le télétravail, votre demande a toutes les chances d’être déboutée.

Avant de faire la demande de télétravail, il convient de comprendre le processus de décision du chef d’entreprise. Ce processus est comme un 100 mètres haies dont vous êtes le coureur: chaque haie mal négociée réduira vos chances d’obtenir son accord.

Comme l’athlète, vous devez vous préparer et anticiper chaque haie.

Le préparation : ne foncez pas tête baissée

Dire au chef d’entreprise « Je veux faire du télétravail, puisque cela a bien marché durant le confinement » déclenche instantanément dans son esprit une première réaction : la résurgence d’un épisode vécu dans la douleur et la mise en place contraignante du télétravail. C’est exactement ce type de réaction qu’il faut éviter.

Vous êtes convaincu que le chef d’entreprise va naturellement accepter parce que vous-même n’y voyez que du positif et que vous y trouvez votre intérêt. C’est une attitude qui risque de vous coûter son refus, voire un jugement négatif sur les raisons réelles qui motivent votre demande.

Le chef d’entreprise a des enjeux et des priorités qui dépassent votre propre intérêt : ceux de l’entreprise. Cette entreprise, il l’a créée, bien souvent il s’est battu pour qu’elle existe et a dû faire de nombreux sacrifices. Il s’attend à juste titre à un retour, un “pay back” qui selon sa nature peut être un confort financier, un accomplissement, un leg à ses enfants ou encore une reconnaissance de ses collaborateurs.

Le chef d’entreprise raisonne et son raisonnement s’appuie sur l’intérêt suprême de son entreprise.

Lorsque vous aurez exprimé votre demande, une analyse va s’opérer dans son esprit. Il va évaluer votre demande afin de savoir si elle est dans l’intérêt de son entreprise ou pas. Le télétravail ne déroge pas à cette règle, et il serait illusoire de croire que l’expérience télétravail durant le confinement soit une démonstration autosuffisante de son efficacité. N’oubliez pas que le télétravail a été une mesure de circonstance pour la survie de son entreprise, en aucun cas une décision rationalisée sur le seul principe du télétravail.

Il vous appartient de poser les conditions favorables et d’apporter des réponses tangibles qui amèneront le chef d’entreprise à vous suivre dans ce processus. C’est à vous de l’accompagner dans cette réflexion.

L’entreprise : ses enjeux

Pour amener le chef d’entreprise à considérer le télétravail comme un bénéfice et non comme une contrainte ou un risque, vous devez comprendre ses intérêts et ses enjeux, et les rallier à votre cause.

Les enjeux du chef d’entreprise sont déclinables en quatre grandes catégories telles que l’augmentation du chiffre d’affaire, la réduction des coûts, l’augmentation de la part de marché ou encore l’optimisation de la trésorerie.

C’est sur cette base que dépend le succès ou l’échec de votre demande.

Le changement : l’opportunité plutôt que le risque

Tout le monde le dit et le vit, un changement est toujours perçu comme une menace, rarement comme une opportunité. Le dicton “On sait ce qu’on quitte mais on ne sait pas ce qu’on trouve” s’applique à tous. Votre demande de télétravail est associée à un changement, et elle pourrait être perçue comme un risque par l’entreprise.

Vous comprendrez donc pourquoi il est capital de connaître les enjeux du chef d’entreprise, afin de démontrer que votre demande sert les intérêts de la société.

L’outil de travail : l’organisation, le management, les moyens

L’entreprise est un organisme vivant constitué de collaborateurs, de logiciels, de matériels, de procédures orales ou écrites et de routines.

Vous avez une fonction bien définie dans votre entreprise. Cette fonction peut être le Commerce, l’Administration, le Technique ou encore le Marketing. Vous n’êtes pas un électron libre car vous interagissez avec d’autres collaborateurs.

Aussi, avant de vous projeter dans le télétravail, vous devez préalablement vous définir dans l’entreprise et identifier les interactions que vous avez avec vos collègues de travail.

Cette étape est indispensable, car lorsque vous transférez votre bureau de l’entreprise à votre domicile, ce sera votre fonction et toutes les interactions que vous déplacerez à votre domicile. C’est une nouvelle reconfiguration du travail.

Il faudra aussi identifier et associer dans chacune des interactions tous les outils mis en oeuvre. Ces outils peuvent être des logiciels (ERP, CRM), du matériel (conception, production, contrôle, supervision) et des procédures (écrites ou informelles). Il est nécessaire de réaliser un état des lieux exhaustif.

Vous allez classer ces interactions en trois catégories :

  • Les interactions transférables de facto dans votre domicile sont celles par définition qui ne dépendent pas de votre localisation, par exemple la comptabilité qui s’appuie sur un logiciel comptable dans le Cloud, qui par définition est indépendant de votre localisation,
  • Les interactions non transférables dans votre domicile sont celles qui nécessitent une présence physique dans l’entreprise, par exemple la production, le contrôle qualité de pièces ou encore la réparation de matériel,
  • les dépendances potentiellement transférables dans votre domicile représentent celles qui peuvent être réalisées à votre domicile mais que vos outils présents ne permettent pas le transfert, par exemple le standard téléphonique de l’accueil dont les appels aboutissent dans votre bureau.

Les interactions transférables de facto sont de plus en plus nombreuses. Les innovations technologiques et en particulier l’action conjuguée du déploiement de l’internet haut-débit, de la mobilité et du Cloud ont transformé les outils. Tous les éditeurs logiciels offrent leurs logiciels sous forme de service dans le Cloud (Software-as-a-Service) transférables dans votre domicile de facto.

Les interactions non transférables dans votre domicile ne sont pas celles qui posent le plus de problèmes. Elles vous imposent simplement d’être physiquement présent dans l’entreprise. Vous pouvez alors proposer un aménagement de télétravail avec des plages horaires prédéfinies de présence en entreprise.

Les interactions potentiellement transférables dans votre domicile sont celles sur lesquelles vous allez focaliser toute votre attention. D’une part parce qu’elles ne sont pas transférées et donc requièrent un changement qui sera perçu comme un risque potentiel par votre chef d’entreprise, et d’autre part parce qu’elles demandent un effort ou une action de l’entreprise pour être transférées.

Il faut convaincre votre entreprise pour que le risque soit perçu comme une opportunité et l’effort consenti un retour sur investissement. La mise en place du télétravail se traduit en coût qui peut être des ressources humaines, des achats en logiciel ou matériel ou encore une modification des procédures. Si vous vous projetez à court terme, les coûts peuvent ne pas être profitables à l’entreprise. Alors que ces investissements à moyen ou long terme peuvent être la source d’importants bénéfices qui serviront les intérêts de l’entreprise.

Soyez assuré que cet état des lieux soulignera des dysfonctionnements et mettra en lumière des optimisations à parfaire. Sachez les exploiter à votre avantage et faites des propositions pertinentes. Aucun chef d’entreprise ne restera insensible à vos propositions si elles servent l’intérêt suprême de son entreprise, télétravail ou pas.

L’effet viral : une démarche collective pas individuelle

Comme évoqué, l’entreprise est un organisme vivant qui emploie des collaborateurs avec qui vous avez des interactions. 

Ces interactions peuvent être un obstacle.

Votre demande ne passera pas inaperçue auprès de vos collaborateurs. Il est possible que certains d’entre-eux n’apprécient guère votre demande. Vous imaginez bien qu’un collaborateur qui occupe une fonction non transférable à son domicile, puisse ressentir de la frustration car exclu de cette possibilité de bénéficier du télétravail. Si vous dépendez de lui, il peut s’y opposer en rendant le transfert impossible.

Vous devez impliquer vos collaborateurs dans votre démarche. Le mot “collaborateur” prend ici tout son sens. Pensez également à rassurer votre supérieur hiérarchique en lui expliquant que le télétravail ne remet pas en cause son autorité.

Le Législatif : un faux ami !

La loi a évolué dans le sens de l’assouplissement des règles du télétravail. Il fut un temps où le chef d’entreprise pouvait refuser toute demande de télétravail, sans justification. Aujourd’hui le refus doit être motivé (voir https://travail-emploi.gouv.fr/droit-du-travail/la-vie-du-contrat-de-travail/article/teletravail-mode-d-emploi). Cependant se retrancher derrière cette loi n’est pas une solution car rien de durable et positif ne peut sortir de la contrainte.

Il est préférable d’obtenir l’adhésion du chef d’entreprise pour des raisons justes plutôt que d’opposer la loi à un éventuel refus de sa part. Le soutien du chef d’entreprise et sa décision seront à l’épreuve du temps si votre demande sert les intérêts de l’entreprise. Les lois quant à elles changent au fil des gouvernements et sont hors de votre contrôle. Un chef d’entreprise à qui vous auriez forcé la main par la loi pourrait tout aussi bien plus tard vous forcer aussi la main par cette même loi, qui aurait été entre-temps modifiée.

C’est la raison pour laquelle cet article vise les TPE et PME où le bon sens prime, plutôt que les entreprises où les organisations syndicales et patronales vont s’opposer les unes aux autres par calcul politique.

En résumé

La télétravail bien qu’apportant des bénéfices, n’est pas systématiquement adopté dans l’entreprise. Il faut mettre l’accent sur les intérêts de l’entreprise et ne négliger aucune composante.

Pour obtenir un accord durable de l’entreprise, vous pourriez mettre en place simultanément trois approches : 

  1. L’approche Top-Down : rien ne se fait durablement sans la conviction du chef d’entreprise que le télétravail est bénéfique à l’entreprise
  2. L’approche centripète : vous n’êtes pas seul, définissez d’abord votre fonction, puis vos interactions avec le reste de l’entreprise et apportez des solutions
  3. L’approche Bottom-Up : ralliez vos collaborateurs à votre projet en les impliquant.

Dans mon prochain article, je vous proposerai une méthode pratique pour bâtir votre demande.

Si vous êtes un nouveau télétravailleur, vous pouvez aussi lire cet article (https://www.linkedin.com/pulse/conseils-pratiques-pour-r%C3%A9ussir-sa-transition-vers-le-gilles-guiral/) qui donne des conseils pratiques pour que vous viviez bien le télétravail dans la durée.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...
Social Sharing
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •