Comment le grand arrêt du POTS, de l’ISDN et du PSTN affectera-t-il votre PBX ?

A grave with copper in it representing the PSTN switch-off

Le câble en cuivre disparaît, ce qui a des conséquences importantes pour de nombreuses entreprises qui utilisent des systèmes téléphoniques PBX analogiques ou numériques. Malheureusement, les petites entreprises ignorent souvent que leur infrastructure PBX actuelle est fondamentalement incompatible avec le passage à la fibre optique.

Le problème POTS/PSTN

Les principaux fournisseurs d’infrastructures téléphoniques, tels qu’Openreach au Royaume-Uni, Verizon aux États-Unis et TIM en Italie, utilisent déjà les technologies de fibre optique plutôt que le câble de cuivre analogique comme élément central de leurs réseaux. Toutefois, une grande partie des câbles en cuivre de l’ancienne génération subsistent dans le dernier kilomètre. Cela crée un goulot d’étranglement majeur lorsqu’il s’agit de fournir des services ultrarapides au consommateur : Le câble en cuivre est lent.

Cependant, les câbles en cuivre sont alimentés, ce qui n’est pas le cas des câbles en fibre optique. C’est en partie là que réside le problème des systèmes téléphoniques PBX de la vieille école.

PBX : un problème d’infrastructure

Un PBX est un central téléphonique privé. Il permet principalement aux utilisateurs de partager un certain nombre de lignes téléphoniques externes grâce à l’utilisation d’extensions. Le PBX achemine un numéro entrant vers un standard principal, où il peut être répondu, ou si un numéro d’extension est saisi, il peut l’acheminer directement vers la bonne personne.

Les systèmes téléphoniques PBX sur site sont généralement intégrés à la structure d’un bâtiment, de nombreux bâtiments des années 80, 90 et du début des années 2000 étant dotés d’un câblage étendu dans les murs pour faciliter cette intégration. Ces systèmes étaient une solution utile pour l’époque, et ils sont passés de la nécessité d’un opérateur manuel à des systèmes automatisés.

Mais ces systèmes présentent plusieurs problèmes majeurs : Ils fonctionnent avec un câblage en cuivre et leurs fonctionnalités sont limitées. Bien sûr, vous pouvez renvoyer des appels, faire la queue et mettre les appelants en attente. Mais il n’est pas facile d’intégrer d’autres systèmes au PBX. Pire encore, il ne suffit pas de passer à un système téléphonique numérique ISDN, qui est lui aussi en voie de disparition.

Passage à l’IP : mise à jour des PBX

Il est possible de faire en sorte que votre PBX analogique actuel accepte une entrée IP, et il existe un large éventail d’options pour ce faire. Cependant, comme le savent de nombreux passionnés de technologie, une fois que les produits arrivent en fin de vie, l’équipement nécessaire à leur maintenance devient beaucoup plus cher, et les remplacements sont tout aussi coûteux.

Ceux qui se souviennent de l‘arrêt de la télévision analogique dans les années 2000 et au début des années 2010 se rappelleront peut-être qu’ils pouvaient obtenir des adaptateurs pour leurs vieux téléviseurs analogiques, mais ceux-ci sont désormais notoirement peu fiables. Pire encore, ces téléviseurs sont incapables d’accepter l’ensemble des fonctionnalités disponibles. La solution acceptée aujourd’hui est de passer au numérique.

Il en va de même pour les systèmes téléphoniques analogiques PBX. Les mises à jour des câbles, les réparations et les coûts globaux de maintenance ne feront qu’augmenter par rapport à un système numérique. Pire encore, un système physique signifie qu’il est plus difficile d’acheminer un appel vers une personne qui n’est pas à son bureau sans une autre couche de commutation.

Qui devrait envisager un convertisseur de signaux pour PBX ?

Les entreprises qui disposent d’un grand nombre de téléphones et qui n’ont pas vraiment besoin d’une connectivité accrue peuvent envisager d’utiliser un convertisseur. Cela peut inclure :

  • Hôtels avec téléphone dans les chambres
  • B&Bs
  • Motels
  • Les entreprises n’ayant qu’un seul téléphone relié à leur PBX

Le dernier cas d’utilisation concerne généralement les entreprises qui ont installé un système PBX il y a plusieurs années, mais qui utilisent désormais principalement des appareils mobiles pour mener leurs activités. Cependant, même dans ce cas, elles peuvent envisager une mise à jour, en réfléchissant à la manière dont une approche unifiée de la communication peut bénéficier à leur activité. Le secteur de l’hôtellerie et de la restauration peut certainement bénéficier de la gamme plus large de services offerts par un PBX basé sur le cloud et ses systèmes unifiés associés.

PBX sur site vs. PBX cloud

Les deux principaux concurrents des systèmes téléphoniques PBX analogiques sont les systèmes PBX IP sur site et les systèmes téléphoniques PBX cloud. Ils utilisent la même technologie Internet essentielle, mais de manière différente :

  • PBX sur site : dépenses d’investissement importantes compensées en partie par des coûts d’exploitation plus faibles. Sa maintenance nécessite généralement une équipe de support informatique dédiée.
  • PBX cloud : solution tierce, souvent avec des dépenses d’investissement limitées et des coûts d’exploitation légèrement plus élevés. La maintenance est assurée par le tiers, et des systèmes unifiés peuvent facilement être inclus ainsi qu’une évolutivité potentiellement illimitée.

Les grandes entreprises qui disposent déjà de systèmes PBX dédiés préfèrent souvent la solution sur site, bien qu’il puisse être difficile de l’étendre rapidement si elles déménagent dans de nouveaux bureaux. L’installation peut également être délicate. Pour les grandes entreprises agiles qui ont besoin de flexibilité, une solution basée sur le cloud computing est souvent plus efficace qu’un système interne, en particulier lorsque leur personnel est plus dispersé en raison du travail à distance.

Les petites entreprises trouvent généralement que les solutions PBX basées sur le cloud sont plus adaptées à leur budget et à leur engagement informatique existant, ce qui leur permet de confier la majeure partie du travail à un tiers.

Quand les réseaux de cuivre seront-ils abandonnés ?

Comme pour tout déploiement technologique, les dates varient d’un pays à l’autre. Les plans varient également en fonction de la façon dont l’opérateur téléphonique historique ou dominant prévoit de passer à la fibre optique, et il existe des obstacles commerciaux et logistiques importants pour y parvenir.

  • États-Unis : En cours, avec différentes entreprises opérant à des vitesses très différentes.
  • Royaume-Uni : Arrêt complet du RTPC d’ici décembre 2025.
  • Italie : 65% d’arrêt d’ici 2023, mais des doutes subsistent quant à l’abandon total du cuivre.
  • France : Extinction d’ici 2030, avec des interruptions locales à partir de 2021.
  • Espagne : Arrêt complet du cuivre d’ici 2025

En fin de compte, comme les réseaux de cuivre continuent d’être éteints dans le monde entier, les PBX des entreprises devront être mis à jour. Et les solutions de cloud computing telles que Wildix peuvent être rapidement déployées sur des milliers de systèmes en quelques étapes simples.

Social Sharing
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.