Le télétravail dans les films : une histoire de continuité

Smart Work at the Movies: A Continuity Story

Comment un travailleur à distance a maintenu en vie un film emblématique (et ce que cela signifie pour votre entreprise)

Comme beaucoup d’autres millennials, j’ai grandi dans un milieu où les deux premiers films de Toy Story m’ont beaucoup appris. Les raisons pour lesquelles ces films m’ont séduit sont sans doute évidentes pour tous ceux qui les ont vus : les personnages, l’humour et les émotions partagées au cours des aventures ont tous stimulé ma jeune imagination comme peu d’autres films auraient pu le faire.

Cependant, en tant qu’adulte, ce que je trouve particulièrement étonnant dans Toy Story et sa suite de 1999, c’est à quel point ils étaient avant-gardistes d’un point de vue technologique. Ils ont en effet été parmi les premiers films à avoir été entièrement réalisés avec des images de synthèse – ce qui a non seulement affecté leur apparence, mais a également rendu leur production plus profondément liée à la technologie que tout autre film auparavant.

Pourtant, aussi révolutionnaire que cela ait été, il y a un autre aspect moins connu de Pixar qui en a fait un pionnier à Hollywood : croyez-le ou non, Pixar a aussi été le premier à adopter le télétravail.

Plus incroyable encore, l’adoption de cette politique de travail a en fait permis de sauver l’un des films les plus importants du studio (et l’une des références de mon enfance mentionnée plus haut), Toy Story 2.

Une installation à domicile à la rescousse

Malgré la qualité de la version finale, la production de Toy Story 2 a été pleine d’embûches, marquée dès le début par des difficultés avec des talents inexpérimentés et des délais très serrés de son producteur, Disney.

Mais ironiquement, le plus grand obstacle venait de la technologie utilisée pour faire le film.

En fin de production, un employé a accidentellement entré la commande “rm*” dans les serveurs de Pixar – et, à son insu, cette commande à trois caractères avait commencé à effacer jusqu’au dernier octet de données contenant le film pratiquement terminé jusque-là.

Le personnel de Pixar a constaté le problème instantanément. Pendant qu’il travaillait sur le film, les scènes ont commencé à disparaître peu à peu, des modèles de personnages entiers disparaissaient tout simplement de leurs écrans.

Maintenant, comme on peut s’y attendre de la part d’une entreprise technologique de plusieurs millions de dollars, Pixar disposait d’un serveur de secours dans le cas où un tel désastre était amené à se produire. Après s’être calmée, l’équipe s’est rendue sur lesdits systèmes de sauvegarde pour restaurer les fichiers qui avaient été accidentellement perdus.

Le problème ? Il s’est avéré que ce serveur de sauvegarde ne fonctionnait plus correctement depuis des mois. Ce qui veut dire qu’il ne contenait aucun fichier utilisable.

Qualifier la situation de Pixar de “désastreuse” serait un euphémisme. En quelques heures à peine, le studio a effacé deux années de travail, l’empêchant ainsi de respecter le délai de sortie de Disney, fixé à un an seulement. Non seulement Pixar allait bouleverser son mode de financement, mais il devait aussi faire face à un public impatient de voir la suite du premier film Toy Story tant acclamé. Tout espoir semblait perdu.

Jusqu’à ce que le studio se souvienne que pendant tout ce temps, la directrice technique superviseur du projet avait passé une partie de la production à travailler depuis son domicile.

C’est vrai – pendant des mois, la réalisatrice en question, Galyn Susman, avait travaillé sur le film depuis son ordinateur personnel, afin de s’occuper de son nouveau-né pendant son travail. En conséquence, les seules copies des fichiers de Toy Story 2 ont été enregistrées sur l’ordinateur de sa maison.

S’en rendant compte, Susman et son directeur technique adjoint, Oren Jacob, se sont immédiatement rendus sur place pour récupérer le PC en question. À leur arrivée, les deux réalisateurs ont enveloppé la tour dans des couvertures, l’ont placée sur le siège arrière avec tout le soin que l’on accorde à un petit enfant attaché dans l’attraction du Space Mountain, puis sont retournés aux studios en conduisant lentement, les feux de détresse activés pendant tout le trajet (20 miles).

Finalement, l’équipe de Pixar a réussi à connecter l’ordinateur à son serveur principal, et de là, a récupéré la grande majorité des images de Toy Story 2. Grâce au travail à distance, ce qui ressemblait à une catastrophe cataclysmique n’a été qu’un petit contretemps.

Le reste de l’histoire est la partie que vous connaissez probablement déjà : Toy Story 2 a connu un succès commercial et a été salué par la critique, faisant de la jeune société Pixar l’un des producteurs de films d’animation les plus innovants et performants au monde (rivalisant même avec leur société mère, Disney).

Des pratiques étendues

Bien que j’aime cette histoire en elle-même, vous avez probablement déjà compris qu’il y a une leçon à en tirer. Et cette leçon est assez simple : prendre de l’avance grâce à des pratiques comme le télétravail peut apporter aux entreprises des récompenses importantes (même inattendues).

Oui, le télétravail apporte de nombreux avantages immédiats et non des moindres, que sont l’amélioration du moral des employés et la diminution des dépenses de l’entreprise. Oui, ces avantages sont importants et méritent d’être exploités. Mais l’histoire de Pixar montre que cette valeur ne fait qu’effleurer la surface lorsqu’il s’agit du plus grand potentiel du télétravail.

Pour Pixar, l’avantage caché du télétravail était, en un mot, la continuité : la garantie que le travail achevé ne soit pas détruit par des accidents imprévus. Il est certain que cet avantage ne s’applique pas de la même manière au lieu de travail moderne : nous avons désormais le Cloud de notre côté et les sauvegardes automatiques sont à la fois plus standardisées et plus fiables. Pourtant, le principe général reste valable. En ayant un employé faisant du télétravail, le studio a réussi à éviter les pires conséquences possibles d’un accident survenu au bureau.

Pour une application plus étendue, imaginez qu’un accident de cette ampleur se produise dans votre entreprise. Supposons qu’au lieu qu’un employé efface vos dossiers, le désastre soit une inondation qui fasse griller le disjoncteur de votre bureau, ou une infestation de termites qui nécessite l’intervention d’exterminateurs pendant une semaine. Bien que ces catastrophes vous déséquilibrent, si vos employés peuvent être renvoyés chez eux dans ces cas-là, le travail peut quand même se poursuivre normalement. Mieux encore, si (comme dans le cas de Pixar) les employés sont déjà à la maison, les projets suivront leur cours sans perdre de temps. En fait, c’est ce qui s’est passé lorsque Wildix a dû faire face au confinement, car la technologie disponible en interne a permis à nos équipes de migrer vers leurs bureaux à domicile sans aucun temps d’arrêt, ni perte de productivité.

En réalité, ce que montre cette histoire, c’est que, pour Pixar, avoir un employé à la maison n’était donc pas seulement une mesure d’économie, ou juste une mesure morale de renforcement ; c’était une mesure de préservation de l’entreprise.Ainsi, lorsque vous pensez à la pratique du télétravail, considérez que sa valeur n’est pas aussi limitée que vous ne le pensez. Dans le contexte adéquat, et avec la bonne équipe, ses avantages s’étendront facilement à l’infini (et, même au-delà).

Pour en savoir plus sur le travail intelligent et les technologies commerciales, abonnez-vous pour recevoir gratuitement notre magazine !subscribe to receive our magazine for free!

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...
Social Sharing
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *